Gisèle Buthod-Garçon. La terre, simplement

Gisèle Buthod Garçon. La terre simplement

Exposition du 21/04/2018 au 02/09/2018

 

Autour de l'exposition

 

 

 

L'exposition

Avec près de 85 pièces issues de collections publiques et privées, cette exposition est la plus importante jamais dédiée à cette artiste de renom international. Trente-cinq ans de carrière sont ainsi relatés. Trente-cinq ans d’un cheminement incroyablement sincère et d’une implication totale.

Le fait de pouvoir réunir en un lieu autant d’œuvres permet une lecture chronologique jusque-là impossible. L'occasion pour les visiteurs de découvrir de quelle manière une céramiste décide progressivement de clore la forme pour l’amener sur la voie de la sculpture, de montrer le rôle déterminant du vide dans l’élaboration de la forme pour sensibiliser au passage du tour au montage à la plaque. Elle donne à voir l’engagement corporel de l’artiste dans sa manière de mener une cuisson (raku) et l'enfumage des pièces. Les dernières pièces seront là pour témoigner de la figuration allusive née ces dernières années, par l’aptitude de l’artiste à traduire des états relevant du fugace éternel (bruit de mer, nuages...) et à prêter corps aux sensations (quiétude, sérénité...).

Commissaire de l'exposition / Stéphanie Le Follic-Hadida
Docteur en histoire de l’art (L' oiseau dans la sculpture du XXe siècle : animal, emblème, vol, envol et apesanteur), commissaire d’expositions céramique, collaboratrice à la Revue de la Céramique et du Verre et rédactrice pour l’INMA (Institut National des Métiers d’Art), Stéphanie Le Follic-Hadida est membre de l’AIC depuis 2013 et a été élue lors de la dernière Assemblée Générale représentante de l’AIC auprès de l’UNESCO.

Vidéo / Virgile Loyer

Scénographie / Christian de Beaumont

Photographie / Anthony Girardi

Lire plus sur la démarche de commissariat

Voir le Communiqué de presse

 

Gisèle Buthod-Garçon

Le travail de la glaise s’impose à Gisèle Buthod-Garçon en 1976, au retour d’un séjour au Sénégal. Elle est une artiste autodidacte. Certes, elle apprit les rudiments de la poterie dans divers ateliers individuels et la gestuelle du tournage en usine, mais sitôt ces savoir-faire acquis, elle s’isola et puisa en elle la ressource et l’imaginaire. L’artiste a généré beaucoup de formes à connotation fonctionnelle sans jamais imaginer qu’elles puissent en avoir réellement une. Certaines œuvres évoquent de manière allusive l’Egypte ancienne, les Cyclades ou Filitosa. Proche des éléments, l'univers de l'artiste est fait de terre aride et chamottée, de couleurs blafardes, écrasées par le soleil et les vents violents. Ce que l’artiste vise, c’est l’émotion et le vivant ! Gisèle Buthod-Garçon sait aussi s’engager dans les questions de société. Chez elle, la révolte n’est pas synonyme de violence, pas plus que la douceur n’est l’expression de la faiblesse.

Biographie complète par Stéphanie Le Follic-Hadida

Découvrez le site web de Gisèle Buthod-Garçon

 

Publication

Gisèle Buthod-Garçon. La terre, simplement

Française, domiciliée en terre occitane, Gisèle Buthod-Garçon se découvre une passion pour la matière terre en 1979, à son retour du Sénégal. Ce qui l’attire, c’est cet aspect cru qu’a la terre, la vivacité brûlante qu’elle offre et son aspect charnel. Dès lors qu’elle adopte la céramique et se lance comme professionnelle, en 1982, elle n’a de cesse d’expérimenter sans relâche, d’apprendre et de résoudre avec une opiniâtreté sans égale. Son travail est tout entier conditionné par l’adoption d’un mode de cuisson spécifique, la cuisson raku. Email gras et raku semblaient à jamais dissonants, pourtant Gisèle Buthod-Garçon a établi sa notoriété sur ce paradoxe. Elle concilie l’âpreté des surfaces et l’harmonie formellle. Elle crée en écho aux paysages arides et blafards qui l’entourent. Son travail traduit l’immémoriale trace de la fragilité humaine et l’intemporalité des choses.

Stéphanie Le Follic-Hadida, commissaire de l’exposition consacrée à l’artiste à Keramis, réunit différents auteurs : Ludovic Recchia, Yves Mausen, Katherine Vanderhaeghe, Anthony Girardi, Virgile Loyer, Wang Dong et Jean-Paul Rivault, qui témoignent, chacun à leur façon, de leur expérience face à l’œuvre de Gisèle Buthod-Garçon.

Pages: 144 pages
Prix: 39 €
Edition bilingue : FR - EN

Prisme Editions

 

Vague, 2012, H.57 x L.66 x P.23 cm, Terre réfractaire (grès, faïence, chamotte, talc). Cuisson au gaz, sortie du four à chaud et enfumage. Copyright Anthony Girardi


Silencieuse, 2014, H.43 x L.55 x P.37 cm, Terre réfractaire. Cuisson au gaz, sortie du four à chaud et enfumage. Copyright Anthony Girardi


Nuage, 2011, H.58 x L.48 x P.15 cm, Terre réfractaire (grès, faïence, chamotte, talc). Cuisson au gaz, sortie du four à chaud et enfumage. Copyright Anthony Girardi

 

Le Pèlerin, 2008, H.77 x L.27 x P.19 cm, Terre réfractaire (grès, faïence, chamotte, talc). Montage à la plaque. Cuisson au gaz, sortie du four à chaud et enfumage. Copyright Anthony Girardi


Demoiselle, 1989, H. 63, Ø 26 cm, Terre réfractaire (grès, faïence, chamotte, talc), Cuisson au gaz, sortie du four à chaud et enfumage. Collection de la Fédération Wallonie-Bruxelles, en dépôt à Keramis. Copyright Keramis

 

Demoiselle, Jarre, Vasque, 1989-1990 - Terre réfractaire. Copyright Anthony Girardi

 

Virgile Loyer, Sur toutes faces du monde (photogramme, extrait), 2018, film 7min

 

Pots, 1982 (ensemble) - Terre réfractaire - copyright Anthony Girardi

 

Nuages, 2011 (ensemble) - Terre réfractaire. copyright Anthony Girardi

 

Gisèle Buthod-Garçon à l'atelier, 2018, copyright Anthony Girardi