Salle des fours

 

Un arrêté ministériel ordonne le 25 août 2003 le classement de certaines parties de la manufacture Boch à savoir les trois fours-bouteilles, le bâtiment qui les abrite, ainsi que de l’atelier accolé au sud. Ces fours-bouteilles sont exceptionnels à plus d’un titre. Ce sont les derniers exemplaires belges de fours à faïence au charbon à « flamme directe ». Ils ont été probablement été érigés durant le dernier tiers du XIXe siècle. On les alimentait par les onze alandiers (foyers) disposés tout autour. Par ceux-ci, la chaleur se diffusait régulièrement en cheminant par dessous le plancher perforé du four appelé « sole ». Traversant la chambre de combustion (enfer), la flamme montait directement à la verticale vers la cheminée. La chaleur était diffusée du haut vers le bas sans tourner à la différence des fours à flamme dite « renversée ». La technique très énergivore choisie ici était rentable dans nos régions charbonnières. Même s’ils étaient dépassés par les fours tunnels, ces fours ont fonctionné jusqu’au lendemain de la deuxième guerre.