Coline Rosoux s'expose

Après avoir fréquenté l'Ecole d'Arts appliqués Pivauts à Nantes (2002-2003) et l'Ecole supérieure des Beaux-Arts d'Angers (2003-2008), Coline Rosoux a prolongé ses études à Bruxelles à La Cambre - Ecole Nationale Supérieure des Arts Visuels en 2010. Elle n'a pas attendu d'être diplômée pour se faire remarquer. En 2008, elle exposait avec un humour grinçant « La pipe » à la Biennale internationale de Vallauris. Récemment, Sèvres - Cité de la Céramique a accueilli une de ses installations durant six
mois. Multiples, ses compositions nous invitent dans un monde animé d'un bestiaire fantastique.

Autour de ses céramiques rôdent différentes énigmes. Complexe, chaque figure correspond à une histoire issue du folklore, des cultes, des traditions... Ses personnages symbolisent de nombreux récits en fonction de l'environnement dans lequel ils évoluent. Sa réflexion se place dans la narration. Influencée par le dessinateur de manga Hayao Miyazaki, Rosoux passe toujours par le dessin avant de questionner l'espace. De l'illustration à la céramique, il n'y avait qu'un pas à franchir. Faune, flore, divinités prennent ainsi vie en trois dimensions et dans des couleurs émaillées éclatantes. Tous ses sujets participent à la représentation du passé.

Le matériau céramique lui permet de créer librement toutes sortes de petites scènes. Pour Rosoux, la céramique est apparue comme une évidence. L'argile est le medium le mieux adapté à la matérialisation de son univers chimérique. Elle prône une liberté d'expression, une spontanéité qui passe par le hasard du geste. La surprise prime. L'inattendu est le moteur du récit. Lorsqu'elle installe ses céramiques en groupes,
chacune d'entre-elles peut devenir prétexte à une nouvelle histoire. Elles constituent alors des micro-récits dans lesquels chaque détail suggère une nouvelle interprétation globale.

Aux portes de l'ornement, son œuvre révèle différents visages. Tantôt calmes, ses céramiques se transforment en des pièces impulsives. Rosoux modèle la matière avec simplicité. En travaillant de façon simple et spontanée, en fuyant l'enjeu technique, son message apparait plus clairement.

 

Quelques pièces exposées pour Keramis

 

Expositions

  • Avril à Novembre 2006: «Veau, vache, cochon» - Parcours de céramiques contemporaines, Musée d'art et d'histoire de Baugé, France.
  • Juin 2008: Biennale international de céramique contemporaine de Vallauris, Vallauris, France.
  • Septembre 2008: « EXIT » Galerie Arums, Paris, France.
  • Décembre 2008 à janvier 2009 : «CENT» Galerie Defrost, Paris.
  • Juin 2009:  «La terre dans l'art contemporain» Chapelle des pénitents noirs, Aubagne France.
  • Juin 2009: «2009° C» Espace d'exposition temporaire, Bruxelles.
  • Juin 2010: Biennale international de céramique contemporaine de Vallauris, Vallauris, France.
  • Septembre 2010: «Circuit céramique à Sèvres: la scène française contemporaine» Cité de la céramique, Sèvres, Paris.
  • 14 mai au 19 Juin 2011: «Jeunes céramistes de la communauté française» Musée de Mariemont Belgique.
  • 2 juillet au 31 octobre 2011: «Si loin, si proche...bêtes et hommes au château d'Avignon», Château d'Avignon en Camargue, France.
  • 26 Juin au 11 septembre 2011 : «Inventaire», Le Village: site d'expérimentation artistique Bazouges la Pérouse, France.

 

Contact

http://colinerosoux.net/

 

Photographies Michel Lechien, "Homme tronc" et "Char d'assaut" de Michel Moers, portrait de Bernard Boccara