Demeure d'un ingénieur, rue Keramis

Revenir à la carte du parcours urbain

De nombreuses demeures bourgeoises sont encore visibles dans le centre-ville. Construites pour ou par des dirigeants, des cadres supérieurs ou des artisans élevés dans la hiérarchie de l’entreprise, ces habitations ont souvent été situées, non plus à l’écart dans de vastes parcs, mais sur des artères principales de la ville, voire aux portes des industries parmi les logements des ouvriers. Ces nombreuses demeures impressionnantes, souvent de styles néoclassique ou éclectique, ont encore vu le jour jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale.

Cette demeure, située au n° 55, fut construite dans les années 1880 et appartenait à un ingénieur. Outre son volume imposant, son style vernaculaire éclectique est un puissant marqueur de distinction sociale. Son orientation côté jardin, derrière de hauts murs, crée un monde clos façon « cottage ». Sur la façade côté rue, on aperçoit une frise de carrelages Boch décorés de figures à l’antique.

A quelques centaines de mètre, une autre bâtisse, tout aussi imposante, de style néo-classique, appartenait à l’ancien directeur Marcel Tock. Elle céda sa place au supermarché de la rue Albert Ier.  

Localisation : Rue Keramis 55, 7100 La Louvière

Suite du parcours urbain : Les anciennes maisons ouvrières, rue Paul Leduc

Revenir à la carte du parcours urbain