Les 3 fours bouteilles

Revenir à la carte du parcours urbain

Il ne reste, de l'immense site de Boch Frères, qu’un atelier d’environ mille mètres carrés abritant les trois vieux fours préservés par arrêté de classement. Cet édifice accueille désormais le Centre de la céramique de la Fédération Wallonie Bruxelles qui vise à promouvoir l’histoire de Boch et la transmission des savoir-faire artistiques dans le domaine du design céramique.

Les trois fours conservés à La Louvière sont les seuls témoins de la technologie de cuisson industrielle la plus répandue au 19e siècle. En 1844, la faïencerie louviéroise avait inauguré une première série de fours inspirés de modèles déjà bien répandus en Europe : des fours « ronds » à tirage vertical dit «fours à alandiers», disposés à l’air libre. Simplement protégés par un dôme en briques, ils avaient une apparence de ruche. Leur modèle, hérité du 18e siècle, cédait rapidement sa place à un type inspiré des fours à grès cérame anglais, plus performants et plus économes en combustible. Les trois fours qui ont survécu sont de cette seconde nature. Ils ont probablement été construits vers 1865-70. Ils étaient disposés en batterie de trois à l’intérieur d’entrepôts plus commodes pour la préparation des objets à enfourner et à défourner. Ils auraient été érigés par Paul Jongen, un spécialiste arrivé de Maastricht en 1868. Leur grand nombre (9 à 12 d’après les rares plans du site?) est dû à la nature de leur fonctionnement. Ce sont des fours intermittents : leur chargement était délicat et laborieux, la cuisson durait 48 heures (élévation à 1300°C).

Four bouteille Four bouteille

Celle-ci terminée, il fallait laisser descendre lentement la température avant de défourner. Chauffés au charbon par douze alandiers (ou foyers - voir photo) disposés sur toute la périphérie et en contrebas de la chambre de cuisson. L’unique porte de ces fours a un profil anthropomorphique, simplement pour permettre à un homme d’y pénétrer debout en portant une cazette (ou cassette). Sorte de boîte cylindrique en matériau réfractaire réutilisable, la cazette protège l’objet à cuire du feu direct et permet une cuisson homogène. Ces boîtes étaient empilées en colonne avec un grand savoir-faire par des ouvriers spécialisés (les enfourneurs).

Intérieur four bouteille

Bien que rendu obsolètes par l’introduction de fours continus, les fours-bouteilles ont été très longtemps en service, vraisemblablement jusqu’au lendemain de la Deuxième Guerre. On sait qu’en 1910, au moins neuf fours de ce type sont continuellement en activité. Ils servent alors à la première cuisson, celle qui donne le biscuit (la faïence avant sa décoration et son émaillage). Après émaillage, la seconde cuisson a lieu dans un four-tunnel au gaz où la température s’élève à 1020°C. Les trois fours bouteilles rescapés sont donc les derniers témoins belges de ce mode de cuisson typique de l’ère industrielle.

Four bouteille Four bouteille

Localisation : Place des Fours Bouteilles 1, 7100 La Louvière

Suite du parcours urbain : Le Château Boch

Revenir à la carte du parcours urbain