Charles Catteau

Le grand bouleversement de l’Entre-deux-guerres chez Boch relève de l’épanouissement de l’atelier de Charles Catteau. Ce Français, formé à Sèvres et arrivé en 1906 à La Louvière, était brillantissime: il concevait des décors par centaines, il créait des formes, il possédait de solides connaissances dans la chimie des couleurs, il était visionnaire sur le plan commercial et, par dessus tout, il enseignait son art à l’école industrielle locale où il recrutait ses assistants. Nous savons, grâce à un manuscrit de 1940, que son œuvre relève de trois catégories principales: les grès cuits entre 1250 et 1280°C (grès ordinaires et grès cérames), les faïences fines dites «Kioto» aux émaux craquelés cuits à 815° et aux émaux mats cuits à 1060°C. Datables de 1929 -1930, il est indiscutable que ces deux grands vases de l’atelier de Charles Catteau ont fait partie de l’envoi fort apprécié à l’Exposition universelle de Bruxelles de 1930.

Durant les cinq premières années de fonctionnement de l’atelier d’art de Charles Catteau, la moitié des œuvres produites sont des grès, le matériau préféré du maître. Le grès a apporté une nouvelle dimension aux œuvres Art Déco en permettant une intimité plus grande entre la matière et le décor, source de modernité.

En savoir plus : l'Asbl Centenaire Charles Catteau

A voir également...

 

© Michel Lechien & Michel Chevallier